mardi 20 septembre 2011

10 ans plus tard: être à New York le 11/09/11


Ça faisait longtemps que j'y pensais: aller à New York pour le dixième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001. Plusieurs se demandent pourquoi je tenais à y être. Ma réponse: simplement pour vivre cet événement de l'intérieur. Pas être uniquement spectateur à des centaines de kilomètres de là, mais être dans l'action. De plus, c'est dix ans plus tôt que j'avais découvert la ville qui était jusqu'alors inconnue pour moi. Alors c'était aussi une façon de célébrer mes dix ans de passion pour la mégapole américaine, passion qui ne cesse d'augmenter. Alors voici le récit de ma fin de semaine du 9-10-11 septembre 2011, à New York.

9 septembre 2011
Après une courte nuit de sommeil, le levé à 5h30 est rapidement arrivé. Une fois le cadran éteint et une douche rapide, mon partenaire et moi avons quitté mon appartement pour se rendre à l'aéroport de Burlington d'où décollera notre avion vers 10h45. Après un court arrêt dans un restaurant pour prendre un déjeuner rapide et un tout aussi court arrêt aux douanes - j'aurais vraiment cru que de dire à un douanier américain qu'on s'en allais prendre l'avion vers New York aurait semé une inquiétude, mais nada - nous sommes finalement arrivés à destination vers 8h. La sécurité n'a été qu'une formalité et nous étions dans l'aéroport, prêts à patienter. Nous avons discuté avec une dame qui travaille dans un petit café de l'endroit et elle nous racontait comment sa vie a changé suite au 11 septembre 2001 (et après beaucoup d'autres ennuis qui n'ont aucun rapport, mais on était là alors on l'a écouté...). Déjà, je sentais que ce voyage serait particulier.

Une fois à bord de l'avion, ce fut inévitable dans mon cas, j'ai pensé à regarder les gens alentours de moi. Bien sûr qu'il ne se passerait rien, mais c'était plus fort que moi. Je ne pouvais m'empêcher de penser au fait que nous étions à deux jours du dixième anniversaire et que évidemment, la plupart des gens que je connais me trouvaient audacieux de prendre l'avion vers New York ce jour-là. 

Arrivé à New York, une chose me frappe: la présence policière. Habituellement, oui il y a de la police un peu partout. Mais cette journée-là ils sont plus nombreux, à plus d'endroits. Quand nous nous sommes rendu à l'hôtel pour prendre possession de notre chambre, en ouvrant la télé aux nouvelles, on apprend qu'une menace crédible vient de tomber sur les États-Unis. Il semblerait qu'une attaque à la voiture piégée soit imminente. C'était donc ça tous ces policiers! À partir de ce moment-là, même si je ne veux pas y penser car je me dis que ça n'arrivera pas, c'est sûr que les camionnettes dont ils parlent à la télévision, je les regarde du coin de l'oeil quand même. 

À la fin de la journée, rien de particulier ne s'était produit ne serait-ce que de voir des policiers couper la circulation à une seule voie sur la plupart des grandes artères et fouiller au hasard les voitures, particulièrement les fourgonnettes, à la recherche de quoi au juste? D'une confirmation de la menace.

10 septembre 2011
La deuxième journée s'annonçait semblable à la première en ce sens que je ne me sentais toujours pas plus en danger qu'il ne le fallait. En fait, j'avais l'impression (qui sera confirmée plus tard) que New York est toujours "menacée", mais que dans les alentours du 11 septembre de chaque année, la sécurité se renforce au cas où une autre attaque les viserait pour un anniversaire des attentats. Ainsi, cette journée débute et il ne se passe rien de spécial. 

En après-midi, on se rend mon ami et moi au Red Rocket Tattoo pour, dans mon cas, immortaliser cette passion que j'ai pour la ville de New York. Là-bas, lorsque j'ai mentionné à mon tatoueur (excellent, soit dit en passant) que j'avais l'intention de me faire tatouer le pont de Brooklyn avec le World Trade Center et autres édifices, il est resté surpris. Je suppose que ce n'est pas tous les jours qu'un touriste se présente, un 10 septembre, et demande de se faire tatouer le WTC sur le bras. Quoi qu'il en soit, il a accepté de le faire et a fait un excellent boulot! C'est d'ailleurs à cet endroit qu'on a eu la confirmation de mon impression dont je vous parlais un peu plus tôt concernant la menace et la sécurité.

Pour le reste de cette journée, à part qu'on était la veille du 11 septembre 2011, rien de différent à signaler. Sauf peut-être qu'aux nouvelles, on annonçait toujours la menace crédible et qu'un colis suspect avait été trouvé à l'aéroport de Washington et que ce dernier avait dû être évacué. Ça n'annonçait rien de bon pour notre retour prévu le lendemain, le 11 septembre.

11 septembre 2011
Se réveiller à New York à cette date-là, c'est particulier. On sent que la journée qui s'amorce est différente pour les résidents que les 364 autres dans l'année. À peine réveillé, je synthonise le téléviseur à n'importe quelle chaîne de nouvelles et je visionne le début des cérémonies entourant le dixième anniversaire des attentats du 11 septembre. Ensuite, nous quittons l'hôtel pour nous rendre sur les lieux où la cérémonie se passe, soit au nouveau World Trade Center. Quand on commence finalement à s'en approcher réellement, on constate que l'entrée plus proche de l'endroit nous sera impossible. Non seulement la sécurité bloque l'accès à l'exception des familles des victimes, mais les autres se massent et la foule nous décourage quelque peu, surtout avec nos nouvelles oeuvres d'art corporelles que nous avons chacun sur nous. 

Sommes toutes, nous étions quand même à un ou deux coins de rue du World Trade Center et nous avons pu apercevoir les cérémonies sur un écran géant déployé pour les gens comme nous.

Le soir, nous avions décidé de retourner à l'aéroport avant le souper même si notre vol était prévu uniquement pour 22h40. La raison est simple: la date, la menace et l'aéroport de Washington nous ont convaincu que la sécurité serait terriblement longue à traverser, surtout à John F. Kennedy. Or, c'est plus de 3h30 à l'avance que nous nous sommes présenté aux portes de la sécurité, prêts à devoir attendre. À notre surprise générale, pas de longue file d'attente, pas de mesures spéciales, rien. Un petit quinze minutes plus tard, nous étions assis dans le superbe terminal 5 de Jet Blue en train d'attendre notre vol. 

Plusieurs m'ont trouvé fou de voler aux États-Unis le 11 septembre 2011. Pour moi, c'était une expérience spéciale à vivre. Identique au vol de départ, il m'était impossible de ne pas penser à ce qui s'était joué dix ans plus tôt. Il faut dire qu'à la télé satellite de l'avion, on nous présentait de nombreuses émissions spéciales sur les attentats. Impossible de ne pas y penser. Ce fut encore une fois un vol sans anicroche, même très tranquille. Bref, tout pour rassurer mes proches.

Conclusion
Ce voyage ne s'annonçait pas être banal. Finalement, c'est bien vrai, il ne l'a pas été. La présence policière accrue, le tatouage et les cérémonies ont fait de ce voyage quelque chose dont on va se rappeler. Cependant, tout le drame appréhendé ne s'est jamais présenté et en fin de compte, être à New York un 11 septembre ce n'est pas quelque chose d'inquiétant au contraire, c'est une expérience particulière que de sentir le pouls des New Yorkais en cette journée qui les a marqué à jamais.

Herald Square Hotel

19 West 31st street

En général
Le Herald Square Hotel n'est pas un grand hôtel de renommé mondiale. Cependant, il se tire très bien d'affaire, dans le domaine hautement compétitif qu'est l'hôtellerie à New York. La chambre double (avec deux lits doubles) est de bonne grandeur. Le point négatif de cette chambre est la superficie de la salle de bain. Elle est vraiment petite. Mais bon, pour le temps qu'on y passe, ce n'est pas la fin du monde. Les lits sont confortables. L'hôtel nous fourni une connexion Wi-Fi gratuite et un accès payant à un ordinateur est disponible près du lobby. Au prix de 290$ U.S. par nuit en haute saison, la chambre double se trouve dans la norme pour un hôtel de ce type.

La location
L'hôtel est merveilleusement bien situé sur la 31ième rue entre les avenues 5 et 6. À pieds, il est possible de rejoindre aisément l'Empire State Building et Times Square, entre autres. Le métro n'est pas très loin non plus, seulement quelques coins de rue. 

Ma note
Mon expérience générale à cet hôtel a été agréable. Quelques bémols: le "lobby" est en fait un comptoir vitré où l'employé de l'hôtel nous reçoit et nous donnes notre clé et informations diverses au besoin. De plus, le premier matin, l'eau chaude ne fonctionnait pas dans la douche. Pas pratique. La situation fut rétablie pour le lendemain. Sinon, rien à dire sur l'hôtel qui était très bien. Ma note : 3/5.

Bubba Gump Shrimp Co.

1501 Broadway. Times Square

On y mange quoi?
Chez Bubba Gump Shrimp Co., on sert principalement des plats qui contiennent des crevettes, le nom le dit. Ainsi, éviter l'endroit si vous êtes allergiques aux fruits de mer. Car mis à part les crevettes, la grande majorité des plats sont aux fruits de mer également. Cependant, pour les gens qui ne sont pas allergiques, mais qui n'aiment pas particulièrement ce type de nourriture, le restaurant offre quand même des produits plus "grand public" tels que des hamburgers, salades et quelques autres.

Ça coûte combien?
Évidemment, qui dit fruits de mer dit plats dispendieux. Je ne vous mentirai pas, c'est aussi le cas chez Bubba Gump, d'autant plus qu'on se trouve au coeur de l'endroit le plus touristique de New York et que l'établissement en tant que tel est un endroit touristique. Les prix des plats sont relativement raisonnable, mais ajoutez un breuvage et votre facture grimpera en flèche. Comptez environ 25$-30$ U.S. par personne pour un repas sans entrée et rajoutez une vingtaine de dollars pour les deux autres services.

En bref
Que vous soyez un fan ou non du film Forrest Gump, ce restaurant saura vous plaire. Bien sûr, tout à l'intérieur fait référence au mythique film, ayant même une boutique au niveau de la rue, mais la nourriture y est également excellente! L'expérience est absolument intéressante. Dans aucun autre restaurant vous retrouveriez des plaques d'immatriculations sur votre table afin d'indiquer au serveur que vous avez besoin de quelque chose. Chez Bubba Gump, c'est comme ça. C'est un endroit où les touristes vont, pas nécessairement les New Yorkais, mais je vous le suggère quand même fortement. On y mange très bien.

dimanche 11 septembre 2011

Le 11 septembre 2001

Source : http://www.september11news.com

Où étiez-vous le 11 septembre 2001? Que faisiez-vous? La plupart des personnes en âge de réaliser ce qui se passait en ce jour peuvent répondre à cette question sans trop de difficulté. Cette journée est désormais ancrée dans nos mémoires, au même titre que les plus grands événements de notre Histoire. Une journée comme celle-là, ça ne s'oublie pas. Qu'on habite la ville où la tragédie se joue, ou que l'on soit à plusieurs milliers de kilomètres de là, on sait ce qui se passe et ça nous marque. Particulièrement de nos jours, avec l'avènement de l'Internet et de tous les réseaux de télévision qui nous présentent les nouvelles en continue. Que l'on soit rattaché ou pas à l'événement, on en entend parler certes, mais plus encore, on voit désormais en direct la nouvelle. Ça nous marque doublement. 

Ce jour-là, des milliers de personnes ont perdu la vie. Des dizaines de milliers de personnes ont perdu un proche, un parent, un ami, un conjoint, un enfant. Souvent, lors de telles catastrophes, on sent un vent de ralliement souffler sur la population touchée. C'est ce qui s'est passé à New York dans les jours, les semaines, les mois et les années qui ont suivi ce 11 septembre 2001. New York n'est désormais plus la ville impersonnelle telle qu'on pouvait la connaître auparavant. Depuis, la métropole américaine est souvent décrite comme étant un vaste village. Plusieurs personnes vous mentionneront qu'ils se sont sentis comme un des leurs lors d'un voyage dans la ville.

Ça aura pris à New York plusieurs années avant de se relever de cette tragédie. Aujourd'hui, dix ans plus tard, les New Yorkais ont toujours la crainte qu'un autre 11 septembre 2001 revienne les frapper. Cette incertitude n'est pas sur le point de les quitter. La situation est d'autant plus délicate que certaines familles vivent encore dans le doute, car les restes d'un proche n'ont toujours pas été retrouvés. La crainte, le doute et l'incertitude sont des sentiments qui habitent les New Yorkais depuis ce jour sombre de leur Histoire.

Pour ma part, j'étais à mon école secondaire en ce mardi matin. En me dirigeant à mon deuxième cours, pour 9h15, j'ai entendu la nouvelle. À ce moment-là de mon existence, tout ce que je sais de New York, c'est que le film Home Alone 2 : Lost in New York s'y passe et que l'on doit s'y rendre avec ma classe pour le mois d'Octobre pour le traditionnel voyage culturel de cinquième secondaire. Je ne savais donc pas vraiment ce qui se passais, ni l'impact que l'événement aurait sur le monde. La journée a suivit son cours, jusqu'à la fin des classes. Un ami et moi sommes allés chez lui pour regarder la nouvelle à la télévision. C'est là que j'ai saisi toute l'importance et toute l'horreur de ce qui s'était passé ce matin-là à New York. Moi qui ne connaissais à peu près rien de la ville, je venais, en quelques minutes, de faire connaissance avec le peuple new yorkais dans toute sa vulnérabilité. À partir de jour-là, la ville de New York m'intéressais. D'un côté, j'apprenais avec tristesse ce qui se jouait, d'un autre, je découvrais une immense ville (moi qui croyais que Montréal était grande...) qui allait me passionner bien vite.

Et vous, où étiez-vous le 11 septembre 2001? Que faisiez-vous?

jeudi 8 septembre 2011

World Trade Center

World Trade Center
image : Wikipédia


La petite histoire de deux grandes tours
Le World Trade Center de New York était un ensemble de sept édifices à bureaux, situé dans le Lower Manhattan. Ses deux tours principales, les Twin Towers étaient le symbole par excellence de l'économie, de la puissance américaine. Leur construction, bien que plusieurs fois remise en question et critiquée à cause notamment de l'immensité du projet, a eu lieu de 1966 à 1973. Les opposants trouvaient les tours 1 et 2 trop imposantes et auraient préféré un projet moins ambitieux, de plus petite taille. Les deux tours faisaient chacune 110 étages de haut, afin de répondre à la demande de la Port Authority, l'entreprise qui allait les gérer, d'avoir 930 000 mètres carrés d'espace de bureau. Pendant leur construction et plus officiellement lorsqu'elles furent terminées, les tours jumelles ont eu le titre de plus haut édifice du monde. Ce titre leur a échappé en 1974 par la Sears Tower de Chicago. Aucune autre tour de New York n'a cependant réussi à les dépasser. Néanmoins, les tours jumelles n'ont pas mis de temps à devenir un véritable emblème de la ville, au même titre que les déjà fort populaires Empire State Building, Chrysler Building et Statue de la Liberté.

Pendant ses premières années, le World Trade Center n'attirait pas autant de clients que prévu. La crise économique américaine des années 1970 n'aidant pas, les tours furent occupées que par quelques organisations gouvernementales comme l'État de New York par exemple. Ce n'est que dans les années 1980 que de plus en plus de firmes privées sont venues s'y installer.

Les tours furent le théâtre d'un premier attentat, le 26 février 1993. Un camion chargé d'explosifs puissants a explosé dans le stationnement sous-terrain de la tour Nord, faisant six morts et plus de milles blessés. Cet attentat a forcé la fermeture des deux tours et ce, pendant plusieurs mois. On craignait alors que la tour Nord fut touchée sérieusement et que la solidité des tours était déficiente. 

Le 11 septembre 2001
La vie suivait son cours normale à New York et c'était aussi le cas au World Trade Center où en ce mardi matin, 11 septembre 2001, des dizaines de milliers de travailleurs convergeaient vers le complexe financier. À 8h46 heure locale, un avion frappa de plein fouet la tour Nord. À cet instant, plusieurs croyaient à un simple accident. Même qu'une nouvelle circulait à l'effet qu'un petit avion avait frappé la tour. Il s'agissait en fait du vol 11 d'American Airlines, un boeing 767. Alors que la panique s'emparait du sud de Manhattan, précisément dix-sept minutes plus tard à 9h03, un second boeing 767 s'écrasa cette fois-ci contre la tour Sud, le vol 175 de la United Airlines. C'était maintenant clair : il ne s'agissait pas d'accidents, mais bien d'attentats.

Bien que la logique veut que les deux tours devraient être évacuées après le premier accident, il n'en fut pas ainsi. La tour Nord bien sûr fut évacuée. Cependant, pendant que les milliers de personnes qui étaient dans la tour Sud descendaient pour fuir, ils ont reçu l'ordre de remonter à leur bureau et de vaquer à leurs occupations, qu'ils étaient en sécurité. Ce fut là, une grave erreur. Une majorité des gens ont décidé de sortir quand même, mais plusieurs sont retournés d'où ils venaient. Alors qu'ils n'avaient probablement pas tous réussi à réintégrer leur bureau, un avion est venu percuter la tour Sud à son tour, tuant des centaines de personnes sur le coup. 

À 9h58, la tour Sud s'effondre. Un épais nuage de fumée s'éleva et couvrit le sud de l'île de Manhattan. Les images ont fait le tour de la planète. L'effondrement presque en chute libre a provoqué un véritable chaos. Tous couraient dans la direction opposée des tours afin d'éviter d'être engloutis par la fumée qui les pourchassait de coin de rue en coin de rue. Ils n'étaient cependant pas au bout de leurs peines. À 10h28, plus d'une heure trente après son impact, la tour Nord s'effondre à son tour. À l'instar de sa jumelle, elle s'écroula en quelques secondes seulement, soulevant elle-aussi un énorme nuage de fumée. Les deux tours principales du World Trade Center, furent effacées en quelques heures seulement.

Sur le plan humain, c'est plus de 2700 personnes qui ont perdu la vie ce matin-là, seulement sur le site du World Trade Center. Car on sait qu'il a eu d'autres événements ce jour-là aux États-Unis, à Washington et en Pennsylvanie. 

Au niveau matériel, la plupart des gens vont vous dire que seulement deux édifices se sont écrasés ce matin-là à New York. Cependant, il s'agit bien de trois édifices (WTC 1, 2 et 7) qui se sont complètement écroulés, mais on en compte cinq autres qui ont été durement touchés. On parle des tours 4, 5 et 6 du complexe en plus de l'hôtel Marriott et de l'Église orthodoxe grecque Saint-Nicolas, qui se situaient tous à proximité des deux géantes tours.

L'après 11 septembre 2001
Le World Trade Center tel qu'il était connu n'est plus. Après de longs mois de recherches de survivants, de victimes, après avoir nettoyé le site pendant plusieurs années, un grand vide a pris la place où jadis les tours s'élevaient.  Cependant, dans les mois qui ont suivi les attentats, plusieurs projets de reconstruction furent proposés. Le projet retenu, celui de la Freedom Tower, verra le jour progressivement. En fait, on peut déjà voir le nouveau WTC 7, depuis 2006. Aussi, la tour principale gravit rapidement des échelons et devrait être complétée vers 2013. Pour avoir plus d'informations à ce sujet, je vous invite à visiter le site officiel du nouveau WTC

À quelques jours du dixième anniversaire de la tragédie, il me semblait important de faire une telle publication, même si le World Trade Center n'est pas un lieu actuel à visiter. Dans la mémoire des New Yorkais, il est toujours présent. N'allez pas leur demander d'oublier, c'est impossible pour eux. Ainsi, pour ne pas oublier, j'ai choisi de publier cet article sur les défuntes tours géantes du sud de Manhattan. 

vendredi 2 septembre 2011

New York City Fire Museum

New York City Fire Museum
278 Spring Street

C'est quoi?
Le nom le dit : c'est le musée des pompiers de New York. Il a été ouvert pour la première fois en 1934 à Long Island, puis a déménagé sur l'île de Manhattan en 1959. Il relate en détail l'histoire du département de la protection contre les incendies de New York. Avec énormément de photos, d'objets de collection, de répliques miniatures et tailles réelles, le musée nous plonge à travers l'évolution d'un des services les plus populaires et surtout des plus appréciés par les New Yorkais eux-mêmes. Parmi les expositions, il y a un mémorial spécial en la mémoire des 343 pompiers du FDNY qui ont perdu la vie le 11 Septembre 2001. 

On y fait quoi?
On se promène d'une exposition à l'autre et on en apprend beaucoup sur les différentes époques du département des pompiers de New York, un des plus prestigieux du monde. Il y a également une chambre spécial où on reproduit un mini appartement avec de la fumée artificielle ainsi que des éclairages spectaculaire dans la section "éducation" pour les enfants d'âge scolaire jusqu'à 12 ans.

En bref
Le New York City Fire Museum est très intéressant. C'est une visite que je vous conseille si vous aimez en apprendre plus sur les moeurs de la ville. Les salles d'expositions sont bien conçues. Si vous êtes pompier vous-même ou que vous en connaissez un, c'est un must! Sinon, c'est un musée enrichissant, pas un incontournable cependant.

Coût d'entrée: 8$ pour les adultes. 5$ pour les étudiants / enfants de 12 ans et moins. Gratuit pour les enfants de moins de 2 ans. Prix spécial pour les groupes.